Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >




Bloc-notes



Vie locale

A suivre

Futuroscope : Maud Fontenoy,
une marraine de combat

Le Futuroscope inaugure le 2 avril sa nouvelle attraction, « Le Huitième continent ». La navigatrice Maud Fontenoy est la marraine attitrée du pavillon. Elle se confie sur son combat pour la préservation des océans, la politique, ses envies d’expédition…

Maud Fontenoy (*), comment les premiers liens entre votre fondation et le Futuroscope se sont-ils noués ?

« En vérité, je connais le Futuroscope de nom. Ma famille n’habite pas très loin de Poitiers, mais je n’y suis jamais allée. Luc Besson, parrain de ma fondation, m’a dit beaucoup de bien du parc, où son attraction (Ndlr : Arthur, l’aventure 4D) marche fort. Lorsque Dominique Hummel m'a proposé de m’associer au projet du Huitième continent, j’ai dit oui. »

Sous quelles conditions avez-vous accepté de prêter votre nom à cette attraction ?

« Je suis très attentive à ce qu’on fasse passer les bonnes informations au public. À la Fondation, nous travaillons avec l’Ifremer et l’Unesco et nous sommes soucieux de délivrer des messages ayant un vrai fondement. »

 Justement, le jeu est-il un moyen efficace de sensibiliser le grand public à la préservation des océans ?

« L’approche ludique est un moyen de toucher un nouveau public, qui n’irait pas forcément visiter une expo sur les déchets en mer. On lance d’ailleurs, avec le Huitième continent, la charte de l’éco-citoyen des océans, pour apprendre aux visiteurs à préserver le grand bleu, y compris s’ils habitent loin des côtes. Ce sera un moyen de prolonger l’expérience. Chacun doit se servir de son intelligence, de sa volonté et de son énergie afin que les océans ne soient pas pollués. »

Où se situe la frontière entre sensibilisation et culpabilisation ?

« Effectivement, il existe plusieurs discours sur l’écologie. Je pense que ces voix-là ont fait évoluer les mentalités au cours des cinq-dix dernières années. De notre côté, nous nous efforçons de tenir un discours toujours enthousiasmant et jamais culpabilisant. La sensibilisation passe toujours par l’information. »

Vous avez choisi la voix associative pour peser sur le débat public. La politique vous tente-t-elle ?

« Chacun son métier… Je me retrouve plus dans le mode de fonctionnement d’une ONG, qui permet d’être efficace tout de suite. J’ai toujours travaillé dans le milieu associatif. Très honnêtement, je n’ai pas les armes pour évoluer en politique. Il y a plein de manières de faire avancer le schmilblick ! Et puis, les politiques sont de plus en plus sensibles à l’écologie. »

Arnault Varanne le 29/03/11

Programmes de Cinéma Parasite Place publique Plaire, aimer et courir vite

Publicité

Les dépêches

19/09/2019
Santé - L'ANSM interdit un essai clinique mené "illégalement" à l'abbaye Sainte-Croix Lire la suite
19/09/2019
Arena Futuroscope - S-Pass débouté par le Tribunal administratif Lire la suite
19/09/2019
Fonderies : 170 salariés en grève Lire la suite
19/09/2019
Numérique : Le 1er salon EducNum démarre demain à Poitiers Lire la suite
19/09/2019
Fait divers - Dans la Vienne, une série d'incendies ravage plusieurs hectares de champs et forêt Lire la suite
18/09/2019
Emil Frey France va créer 130 emplois à Ingrandes Lire la suite
18/09/2019
Bénédicte Robert nouvelle rectrice d'académie de Poitiers Lire la suite
Archives

    Publicité


      les rubriques informations pratiques