Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes



Enquête


Cinéma :

Au nom du père

Le long-métrage Au nom de la terre sortira en salle le 25 septembre. Le réalisateur poitevin Edouard Bergeon le présente en avant-première ce week-end à Poitiers, Gençay et Civray. Avec une ambition : montrer la (dure) réalité du monde agricole. 

Il a commencé le marathon des avant-premières à Vizille. Tout un programme. Dans la ville-berceau de la Révolution française, Edouard Bergeon a reçu un « très bel accueil »de la part des premiers spectateurs d’Au nom de la terre. « Les gens sont touchés, forcément, ils ont les yeux rougis à la fin de la séance. Moi, ce qui m’émeut, c’est de les voir s’émouvoir. » D’ici au 25 septembre, date de la sortie en salle de son premier long-métrage sur le monde agricole, le Poitevin espère « créer un buzz », condition d’un succès populaire. La production a volontairement choisi des petites communes de l’Hexagone pour assurer la promo. « Au nom de la terre, c’est un film sur la France des oubliés, des paysans, d’une réalité qu’on ne voit pas », assure-t-il. 

Il jouera à domicile

Au nom de la terre, c’est aussi un film intime, dont le scénario s’inspire de sa propre histoire familiale. Celle de son père agriculteur à Jazeneuil, acculé par les dettes et dans une détresse qui l’a conduit à l’irréparable. Guillaume Canet interprète Pierre. Il ne sera pas présent dans la Vienne ce week-end, même s’il aurait « bien aimé ». A défaut, Edouard Bergeon jouera à domicile, devant sa famille et ses proches. Parmi ceux-là, Sébastien Bouchet ne sera pas très loin des premiers rangs. Et pour cause, ce copain d’enfance du réalisateur -par ailleurs gérant de Speed cycle à Savigné- a réalisé des vélos Replica utilisés dans le film. Comme quoi, les circuits courts ne s’appliquent pas qu’à l’alimentaire !  

« Pas d’agri-bashing »

Après la sortie sur les écrans deRoxane (cf. n°452), Au nom de la terres’annonce comme l’événement ciné de la rentrée. Edouard Bergeon est persuadé qu’« on est en plein dans la bascule » entre ancien et nouveau mondes. « Dans mon film, il n’y a pas d’agri-bashing, juste le reflet des quarante dernières années dans l’agriculture. Il faut arrêter avec un certain modèle avec toute cette chimie qui tue la terre et les paysans. » Il revendique un propos « politique ». Avant d’ajouter : « Mais tout est dans le sous-titre, chacun en fait la lecture qu’il veut. » A voir d’urgence ce week-end dans la Vienne. 

Samedi, à Poitiers, au Tap-Castille à 16h ; à Fontaine le Comte au Mega CGR à 20h. Dimanche,à Civray, au Ciné-Malice, à 16h30 ; à Gençay, à 18h30. 
 

En résumé… 
Pierre (Guillaume Canet) a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire (Veerle Baetens) sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l'exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début. Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et de ses enfants, il sombre peu à peu… 

Arnault Varanne le 25/06/19

Photo DR
Programmes de Cinéma La Révolution silencieuse Les Aventures de Robin des Bois Nous, les intranquilles

Publicité

Les dépêches

23/06/2019
Fait divers - Un homme de 36 ans se noie au lac de Saint-Cyr Lire la suite
22/06/2019
Fait divers - Une jeune femme de 20 ans perd la vie sur la RN147 Lire la suite
21/06/2019
Santé - Un cas de tuberculose pulmonaire détecté à l'école Alphonse Daudet, à Poitiers Lire la suite
21/06/2019
Disparition de Tiphaine Véron : enfin le dossier d’enquête japonais ! Lire la suite
21/06/2019
Cyclisme - Deux coureuses de FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope sélectionnées aux Jeux européens Lire la suite
21/06/2019
Un nouveau séisme de 5,2 sur l'échelle de Richter ressenti dans le Poitou Lire la suite
21/06/2019
Basket/NBA - Sekou Doumbouya jouera à Detroit Lire la suite
Archives

    Publicité


      les rubriques informations pratiques