Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes


Enquête


Radiologie :

L’IRM, un jeu d’enfant

L’IRM est un examen angoissant pour les enfants. Pour les rassurer, le laboratoire Dactim-MIS et une pédo-radiologue du CHU de Poitiers veulent acquérir un simulateur innovant et ludique. Et lancent une souscription pour le financer.

A l’hôpital, faire passer une IRM à un enfant relève souvent de l’épreuve de force. Entre le bruit inquiétant de la machine et le sentiment d’être coincé dans un tube, les plus jeunes ne peuvent pas s’empêcher de remuer. Or, c’est comme un selfie, si le sujet de la photo bouge trop vite, l’image est floue. Et il faut réitérer l’examen. Actuellement, la solution passe par la sédation. Au pôle IRM du CHU de Poitiers, 100% des enfants de 6 mois à 6 ans y ont droit. Les parents sont même parfois obligés de revenir avec leur bambin pour procéder à une anesthésie générale. Un acte qui n’a rien d’anodin. Alors, quand Carole Guillevin a découvert dans un magazine spécialisé qu’il existait un simulateur offrant une approche ludique d’un examen IRM, cette ingénieure de recherche au laboratoire d’imagerie Dactim-MIS en a immédiatement parlé avec la pédo-radiologue du CHU, Martine Mergy-Laurent. L’idée de le mettre à disposition
des petits patients poitevins a vite émergé. Concrètement il s’agit d’une fusée d’environ 1,80m de haut qui ressemble à une IRM. Sans le côté médical. « L’idée, c’est de présenter l’examen comme un jeu, précise Carole Guillevin. Il doit se mettre en position pour accomplir une mission. Il a le temps de découvrir l’appareil et, à la fin, doit faire la statue pour voir sa photo apparaître sur l’écran. »

Moins 80% de sédation
Imaginé par le Pr Jean-Pierre Pacros, à Lyon, ce dispositif est désormais commercialisé par la société Apicil avec le soutien de l’association Le Petit monde. Présent dans une dizaine d’hôpitaux en France, il a permis de réduire de 80% la sédation des patients. « Les enfants restent sages, plus besoin de refaire les images. Nous faisons passer davantage de patients », souligne la praticienne.

Problème, ce petit bijou coûte 26 000€. Pour le financer, la mobilisation est lancée. Un groupe d’étudiants en sciences pour l’ingénieur et un autre constitué d’élèves manipulateurs en radiologie médicale planchent sur une série d’actions pour récolter des fonds. Toutes seront annoncées sur la page Facebook @IRMenJeuPoitiers. L’association Un hôpital pour les enfants a déjà donné 2 000€. Enfin, le public peut contribuer selon ses moyens à travers une cagnotte. Elle a été mise en ligne sur la plateforme okpal.com. A bon entendeur.

Romain Mudrak le 19/04/19

Programmes de Cinéma Place publique Comme des rois Les Aventures de Robin des Bois


Les dépêches

17/06/2019
Volley - Steve Peironet, nouveau libéro du Stade Lire la suite
16/06/2019
Cyclisme féminin - Clara Copponi remporte la Classic Vienne Nouvelle-Aquitaine Lire la suite
16/06/2019
Motoball - Quatre joueurs du MBC Neuville à l'Euro avec l'Equipe de France Lire la suite
14/06/2019
A l'hôpital Henri-Laborit, la CGT alerte sur le manque durable d'effectifs Lire la suite
14/06/2019
Les sapeurs-pompiers ouvrent leurs casernes demain Lire la suite
14/06/2019
Basket/Pro B - Carl Ona Embo de retour à Poitiers Lire la suite
14/06/2019
Un séisme d'une magnitude de 3,3 ressenti au sud de Châtellerault Lire la suite
Archives



    Publicité
      les rubriques informations pratiques