Publicité
Accueil
Flash info

Accédez au dernier numéro du 7
en ligne

Publicité
cliquez ici >
Publicité




Bloc-notes


Enquête


Face à face :

Maya Hallay-Dufour à voix haute

Maya Hallay-Dufour. 38 ans. Coach vocal à Poitiers. Orthophoniste de profession. A formé plus de deux mille de ses confrères à la rééducation vocale post-cancer du larynx. Née au Liban. « Fière d’être française. » Signe particulier : émancipée. 

Elle est passée du monde du silence à la domestication des voix. Des plus timides aux plus assurées, des graves aux aigües. De toutes celles qui ont quelque chose à exprimer, sans pouvoir tout à fait se libérer. Son cabinet de la rue Carnot donne sur une cour intérieure que d’aucuns trouveraient trop étroite. « Au contraire, elle m’offre un horizon, une perspective ! » Après quinze ans à voyager d’une ville et d’un pays à l’autre, l’orthophoniste diplômée de l’université libanaise (Beyrouth) a choisi de « se poser ». Et donc de réorienter son activité, jusque-là tournée vers la formation de ses confrères à la rééducation des patients opérés d’un cancer du larynx. « J’en ai formé plus de 2 500 et suivi beaucoup de laryngectomisés. » 

Des rencontres marquantes, Maya Hallay-Dufour en a accumulé depuis vingt ans. Et même davantage si l’on remonte à ses premiers pas de chanteuse, dans son village natal d’Ain Saadeh, banlieue nord de Beyrouth. « J’ai passé toute mon enfance baignée entre les chorales et les répétitions, entourée de musiciens ! » A l’évocation de ces « souvenirs heureux », de son entrée au conservatoire de Beyrouth et au chœur polyphonique dirigé par un certain Maître Toufic Succar, son visage s’illumine. C’est la musique et une soif inextinguible de curiosité qui l’ont mise sur les rails de son futur métier. « L’univers du son m’a toujours attirée, mais encore plus à l’adolescence lorsque j’ai commencé à muer. Je faisais beaucoup d’hemmages pour éclaircir ma voix, mais je n’y arrivais pas vraiment. » Le « secret pour y remédier », elle l’a découvert à l’occasion des portes ouvertes de l’université libanaise. Entre l’architecture et l’orthophonie, son cœur a parlé.

« Venez demain à 8h »

Comme un clin d’œil à son futur pays d’adoption, la fille d’enseignante et d’entrepreneur du BTP a bénéficié d’une formation en partie dispensée par des intervenants français, de l’université Paul-Sabatier de Toulouse. Rétrospectivement, elle les remercie de « leur investissement ». Avec eux et d’autres, Maya s’est accomplie, au point de vouloir poursuivre ses études dans l’Hexagone. Un détour par la Belgique, diplôme de logopédie en poche, et la voilà débarquée à Paris pour suivre le Diplôme universitaire d’audiophonologie. Mais aussi rencontrer François Le Huche et André Allali(*), deux sommités dans le domaine. « Je les ai étudiés en cours et je voulais vraiment échanger avec eux. » Au culot, la jeune femme a donc envoyé une lettre et de motivation et un CV au deuxième nommé, professeur à La Pitié-Salpêtrière. Pas de réponse. « Je me suis présentée dans la salle d’attente de son cabinet, j’ai attendu que la porte s’entrouvre. Il m’a reçue comme ça. Je lui ai dit que je voulais apprendre le travail de rééducation de la voix. Une journée, une semaine… J’étais prête à venir. Il m’a dit : « Venez demain à 8h. » » 

«La France est un pays dans lequel on peut venir avec des compétences, des talents, un projet.»

Le stage durera finalement dix-huit mois. Et l’histoire de Maya avec la France aurait pu s’arrêter. De retour au Liban, elle avait fondé son propre cabinet, tout en exerçant dans un centre spécialisé. Jusqu’à ce qu’elle reçoive un courriel du Pr Allali. Une entreprise spécialisée dans les implants phoniatres cherche un(e) orthophoniste spécialiste de la rééducation de la voix pour former ses confrères. Trilingue (français, anglais, arabe), elle décroche le poste. Une nouvelle vie débute et une autre rencontre décisive l’attend, avec son futur mari, Xavier Dufour, aujourd’hui chef de service ORL au CHU de Poitiers. Lorsqu’elle se retourne sur sa première partie de vie, Maya Hallay-Dufour affiche sa « fierté d’en être arrivée là », en n’ayant « pas peur d’oser ». « Emancipée », la coach vocale -elle a accompagné les speakers du premier Tedx de Poitiers qui s’est tenu en février- n’oublie pas la France. « Un pays dans lequel on peut venir avec des compétences, des talents, un projet ». Son pays désormais. 

De sa mère, elle a hérité « la bienveillance, le goût de la transmission, l’amour de la langue française et de la France ».De son père entrepreneur, elle a assimilé « l’indépendance, l’audace, la confiance en soi, la sagesse aussi »« Au fond, les deux m’ont donné des racines et des ailes », résume Maya. En août dernier, elle a piloté seule. Plutôt réservée dans la vie, la trentenaire dégage une belle assurance dans l’intimité de son cabinet. Sa voix tout en maîtrise sert à merveille ses desseins professionnels et sans doute aussi ses passions « secrètes ». En août dernier, elle a réalisé son premier vol en solo à bord d’un avion de tourisme. « Un pas de plus dans l’émancipation ! »

(*) Auteurs de La Voix, dont le tome 5 est sorti il y a peu. Maya Hallay-Dufour y a contribué. 

 

 

Arnault Varanne le 19/04/19

Programmes de Cinéma En Guerre Everybody knows Green book

Publicité

Les dépêches

22/04/2019
Cyclisme/World Tour - Emilie Fahlin 15e de l'Amstel Gold Race Lire la suite
21/04/2019
Course/Trail de l'Oppidum - Cyril Pillac s'impose encore sur le 9km Lire la suite
20/04/2019
Football/N3 - Bonne opération de Chauvigny dans la course au maintien Lire la suite
20/04/2019
Football/N3 - Bonne opération de Chauvigny dans la course au maintien Lire la suite
20/04/2019
Fait divers - Un motard de 31 ans se tue à la sortie nord de Poitiers Lire la suite
19/04/2019
Faits divers - Une collision entre une voiture et un scooter fait un blessé grave Lire la suite
19/04/2019
Volley/play-offs : Face à Ajaccio, le SPVB perd la première manche (2-3) Lire la suite
Archives



      les rubriques informations pratiques